Retour accueil

Vous êtes actuellement : Enseignement spécialisé 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Audience SNUipp-FSU / IEN SEI : carte scolaire des PsyEN et bilan de rentrée 2021 dans l’ASH

vendredi 1er octobre 2021

Le SNUipp-FSU a défendu des créations de postes de psychologies scolaires pour le département et alerté sur plusieurs constats de rentrée : des dizaines de postes vacants ou non remplacés dans l’ASH.

Création de postes de PsyEN Cette réunion fait suite à plusieurs rencontres sur la problématique de l’absence de création de postes de PsyEN depuis 10 ans malgré l’augmentation de la population scolaire et l’explosion des dossiers MDPH. Lors des réunions précédentes, les IEN SEI nous avaient rejoints sur notre constat mais n’avaient proposé aucune piste concrète pour rattraper le retard accumulé évalué à 10 postes. Devant cette absence de réponse, nous avions exprimé notre impatience. Monsieur Gillard commence la réunion en réaffirmant qu’ils sont d’accord sur le constat et confirme que le dernier poste a été créé en 2011. Il écarte l’idée d’un rééquilibrage des circonscriptions à moyens constants et propose ensuite un calendrier pour des rencontres permettant d’évaluer les besoins dans le département (deux rencontres, en octobre et novembre) de manière à cibler les circonscriptions où le manque est le plus criant. À l’issue de ce travail, les IEN SEI se rapprocheront des IEN de circonscription puis soumettront la demande de création de postes au nouveau DASEN.

L’IEN SEI rappelle que la création d’un poste PsyEN entraîne pour les municipalités des frais en termes de bureau, ligne téléphonique et matériel psychologique (mallettes de test) et qu’un travail avec les municipalités sera nécessaire.

Nous nous félicitons de cette ouverture qui nous laisse espérer la création de quelques postes (de 1 à 4 ?) pour la rentrée prochaine. Ce premier pas est à mettre à l’actif de notre engagement mais il reste insuffisant pour faire face aux besoins. Monsieur Gillard n’a pas souhaité s’engager sur une programmation pluriannuelle, ne voulant sans doute pas engager le service sans avoir de visibilité sur les dotations académiques et départementales des prochaines années.

Une dizaine de postes de PsyEN vacants ou non remplacés

Nous avons évoqué ensuite le nombre inédit et très important de postes PsyEN vacants ou non remplacés. Il y avait en effet 12 postes vacants ou non remplacés à la rentrée. Monsieur Gillard nous confirme qu’ils sont en train de recruter des contractuels et que pour l’instant 8 postes ont été pourvus. Les autres le seront… quand ils auront trouvé des candidats psychologues. Nous attirons l’attention des IEN SEI sur la pyramide des âges des PsyEN dans l’académie : documents que nous avions réalisés en 2019 qui montrent que 50 % des collègues vont partir à la retraite dans les 10 ans à venir. Donc, si rien n’est fait en termes de départ en formation, dans 10 ans plus de 50 % des postes seront occupés par des contractuels ! Les IEN SEI sont conscients de l’évolution démographique, mais le périmètre d’action pour répondre au problème de la précarisation du métier est ministériel puis académique. Ils précisent qu’ils proposeront aux contractuels quelques journées de formation réalisées par Caroline Marquette (IEN SEI, ex PsyEN).

Titularisation des PsyEN stagiaires Nous abordons ensuite le cas des stagiaires PsyEN de l’an dernier. Six d’entre eux ont été convoqués à un oral de titularisation, avec comme résultat un licenciement et deux prolongations de stage. Ces résultats ont provoqué une demande d’audience à la rectrice de la part des tuteurs, qui ne comprenaient pas les décisions des jurys. En CAPA, l’an dernier, nous avions alerté sur le manque de communication entre les différentes instances de formation (centre de formation PsyEN, rectorat, INSPE) et surtout sur l’absence totale de procédure d’alerte et d’aide en direction des stagiaires qui auraient été jugé⋅es en difficulté. Monsieur Gillard nous précise qu’une réunion s’est tenue lundi 13 septembre pour remédier à ces problèmes, qui ont été reconnus. Un renforcement de l’accompagnement des tuteurs est prévu avec un accent sur les compétences métier et les connaissances du milieu professionnel qui selon Monsieur Gillard seraient les points faibles des stagiaires PsyEN. Il ajoute que l’âge moyen des PsyEN stagiaires est de 35 ans, soit 8 ans de plus que leurs homologues PE. Nous serons très vigilants sur ce point avec les stagiaires PsyEN de cette année.

Concernant le bilan de rentrée dans l’ASH Sur le nombre de postes vacants ou non remplacés dans l’ASH à la rentrée, Daniel Gillard nous répond qu’il y en a une dizaine. Le service école inclusive essaie actuellement de recruter des contractuels qui prendraient des postes en ordinaire, ce qui libérerait des enseignants titulaires (brigade) qui occuperaient les postes non pourvus de l’ASH. Répondant à notre question, il précise que tous les postes brigades SEI ont été pourvus mais qu’un enseignant est actuellement en congé parental. Pour nous signaler un poste vacant ou non remplacé, envoyez un mail à snu33@snuipp.fr

Par ailleurs, il y a actuellement 50 débutants en école inclusive, ce qui va nécessiter un accompagnement en termes d’adaptation au poste.

En ce qui concerne les enseignants référents, il y a eu trois créations de postes. Il y a 11 enseignants référents débutants cette année et un poste n’est pas encore pourvu (poste sur le secteur de Pessac). Nous demandons aux IEN SEI si les postes G non pourvus (aide relationnelle) vont être transformés en postes E (aide pédagogique). Monsieur Gillard nous répond que c’est aux IEN de circonscription d’en faire la demande.

Pour le SNUipp-FSU, il faut rendre les conditions de travail dans l’ASH plus attractives et augmenter le nombre de départs en formation.

Cette réunion constructive et riche en informations a permis la genèse d’un processus qui devrait aboutir à la création, nous l’espérons, de quelques postes de PsyEN en Gironde. Cependant, si les IEN SEI se sont montrés à l’écoute et ouverts au dialogue, de nombreux problèmes persistent, à commencer par la précarisation des professions de l’éducation nationale avec le recours de plus en plus important aux contractuels, problème qui risque de se poser de façon de plus prégnante dans les années en venir.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX