Retour accueil

Vous êtes actuellement : École - Métier  / Carte scolaire - CTSD 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

CTSD 13 juillet : le mépris à tous les étages !

mardi 13 juillet 2021

Les représentant·es du personnel du SNUipp-FSU se sont mobilisé·es pour informer et contacter les écoles dans le cadre de la préparation de la rentrée scolaire 2021. Cependant, la DSDEN continue de mépriser les organisations syndicales, les écoles et les personnels par son attitude lors de ce CTSD.

1/ Un CTSD qui se tient 1 semaine après la fermeture des écoles

Le DASEN a décidé depuis plusieurs années, de supprimer le CTSD du mois de juin qui permettait pour les écoles, d’être informée d’une ouverture ou d’une fermeture avant la sortie des classes : ce qui permettait aux collègues d’être informés d’une solution de repli de poste avant les vacances, aux écoles de pouvoir faire la répartition des classes et les commandes et aux municipalités de pouvoir anticiper en terme de locaux. 13 ouvertures de classe prévues au CTSD du mois d’avril sont annulées le 13 juillet ! Le SNUipp-FSU a clairement demandé encore une fois le rétablissement d’un CTSD en juin.

2/ 28 ouvertures de classe, 26 fermetures

Ces mesures anticipées ont été publiées (voir notre article ICI), sous réserve du CTSD. En revanche, plusieurs écoles nous ont contacté pour demander une ouverture de classe ou annuler une fermeture car ils avaient des variations d’effectifs. Les représentant.es du personnel sont intervenus pour défendre 17 situations d’école. Le DASEN adjoint a renvoyé la quasi-totalité des situations d’écoles au mois de septembre. Inadmissible pour le SNUipp-FSU ! La DSDEN n’accorde qu’une seule mesure : ouverture de classe à St Julien de Beychevelle.

Décharge de direction : suite à l’intervention des représentant·es du personnel, la DSDEN accepte de ne pas baisser la quotité de décharge pour les écoles qui ferment une classe pour l’année scolaire prochaine, il s’agit des écoles : Cars, Arveyres Bourg maternelle et Canéjan Rebeyrol maternelle. (Cela représente 0,75 ETP = ¾ de poste)

3/ Modification de l’organisation du temps scolaire

4 communes ont demandé une dérogation pour une organisation à 4 jours : Beychac et Cailleau, Cénac, Quinsac et Parempuyre.

4/ Questions diverses

Frais de déplacement RASED :

Cette année encore, le SNUipp-FSU est intervenu pour redemander à ce que la répartition de l’enveloppe pour les frais de déplacements soit revue afin d’être adaptée aux situations. Nous avons présenté une situation pour éclairer la problématique, en mettant en lumière que l’enveloppe ne couvrait que 14 semaines de déplacement sur 36 dans le cadre d’une prise en charge mesurée. D’autre part, l’administration a admis en conseil de formation que les frais de déplacements ne posaient aucun problème dans le cadre des formations (plus difficiles à anticiper !), et nous ne connaissons également aucune situation compliquée pour les remboursements des collègues remplaçant·es ou sur des postes EFIV. Cette situation est donc bien spécifique aux RASED, avec à la clé un démantèlement programmé. Le SNUipp-FSU continuera d’intervenir, d’accompagner les collègues et de porter les situations au Tribunal Administratif si besoin, afin que les collègues soient remboursé·es et que les élèves puissent bénéficier de l’intervention des membres des réseaux d’aide.

Concernant les RASED toujours, l’administration confirme que les supports non pourvus suite à appel à délégation seront gelés pour une année. Le SNUipp-FSU s’oppose à ce nouveau profilage déguisé, où les enseignant·es non spécialisé·es ne peuvent plus postuler sur les postes RASED lors du mouvement et obtenir ces postes au barème, mais doivent passer des entretiens sur appel à délégation. Il rappelle également la nécessité d’augmenter le nombre de départs en formation, notamment pour anticiper les départs en retraite et afin de pourvoir ces supports avec des collègues spécialisé·es.

Pour ce qui est des créations de postes de PsyEN, nous avions demandé lors du dernier CTSD la création a minima de 10 postes. Le DASEN nous avait renvoyés au CTA, mais nous avions argués que ces postes avaient été créés en CTSD dans le 64. Nous sommes donc revenus dessus et, à nouveau, le DASEN adjoint nous renvoie en CTA. Le SNUipp-FSU dénonce ce renvoi de balle incessant, et continuera d’intervenir dans les instances départementales et académiques afin d’obtenir la nécessaire création de ces 10 postes au regard de l’augmentation de la population scolaire et des tâches qui incombent aux collègues psychologues de l’Education Nationale.

Postes Emile : L’inspection académique a décidé d’implanter des postes EMILE dans chaque circonscription. Elle a sorti des postes libérés au mouvement dans les écoles qui étaient volontaires. Elle n’a pas pu nous présenter clairement la manière dont ces postes seront « fléchés » dans les années à venir. C’est le début d’une expérimentation. Le Snuipp-FSU a attiré la vigilance sur le fait que les collègues ne soient pas ensuite « obligés » de continuer cette expérimentation ni de l’étendre aux autres niveaux de l’école. Il conteste la méthode qui a consisté à ne faire aucune présentation de cette nouvelle politique en CTSD. Un point plus précis sera fait lors du CTSD de Novembre.

Spécialisé :

La FSU tire l’alarme de la généralisation des 6èmes inclusives dans le département. Le DASEN adjoint répond que cette dynamique doit être de plus en plus massive, au regard des préconisations du Ministère. La FSU rappelle que les textes réglementaires confèrent des moyens spécifiques aux SEGPA, qui sont également confortées dans les circulaires comme des structures à 4 divisions.

CAPPEI : Pour l’année 2020/2021 :
- 32 candidats
- 21 admis
- 11 refusés

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX