SNUipp-FSU | Section de la Gironde
http://33.snuipp.fr/spip.php?article2329
1er MAI : Solidaires dans la lutte !
vendredi, 27 avril 2018
/ SNUipp33

Rassemblement 10h Place de la République, Bordeaux

Parce que le gouvernement mène une politique anti-sociale des plus agressives, cherchant à détruire les fondamentaux de notre modèle social : Code du Travail, Services publics, Emploi, Retraites, Système de santé, Sécurité Sociale...

Parce qu’il assume sans aucun complexe une politique au service des plus favorisé.es et au détriment des plus fragiles. CICE, CIR, suppression de l’ISF, quand dans le même temps on augmente la CSG, réduit les APL...

Parce que face à la contestation, normale dans une démocratie, nous assistons à un déchaînement de violence policière, que ce soit à l’encontre des étudiant-es, ou à Notre Dame des Landes. Cette dérive inquiétante est un pas de plus vers un système répressif visant à étouffer tout mouvement social.

Parce que, de la maternelle à l’Université, le projet de J.M. Blanquer vise à démanteler le système éducatif public en instaurant le tri social et la sélection à tous les étages. Pour nous enseignant-es, c’est la négation de notre professionnalité, la réduction à un rôle d’éxécutant-e, la soumission aux injonctions de la hiérarchie comme en attestent les toutes dernières parutions au B.O.

Parce qu’avec la privatisation du transport ferroviaire, le gouvernement cherche à la fois à démanteler ce service public emblématique et à briser la résistance des agent·es de la SNCF, symbole de luttes victorieuses antérieures.

Parce que le sort réservé aux migrant-es avec la loi « asile immigration » est une honte pour notre pays et une atteinte quotidienne aux droits et à la dignité humaine.

Pour toutes ces raisons, et d’autres encore, il nous faut mettre un coup d’arrêt maintenant à ces contre-réformes, sinon il ne restera rien de notre système social, hérité du Conseil National de la Résistance, et acquis de haute lutte contre les tenants du pouvoir. Il est de la responsabilité de tous et toutes de le défendre, et de se battre pour l’améliorer.

Au plan local, les postier.es sont en grève depuis plus d’un mois, mobilisation contre le démantèlement de l’hôpital Robert Picqué, l’hôpital Saint-André , les Ford, les personnels des EHPAD... Le 15 mars, les retraité-es étaient en nombre dans les rues pour exiger une augmentation significative du montant des pensions et exprimer leur refus de l’augmentation de la CSG.  Le 22 mars, ce sont les agents et les usagers de la Fonction Publique qui étaient réunis par dizaines de milliers pour dénoncer les suppressions de postes, le gel des salaires, la dégradation des services rendus au public. La puissante mobilisation en cours des cheminot•es pour défendre le service public du transport, leurs conditions de travail et leur statut est un cinglant camouflet pour un gouvernement qui veut passer en force en ayant à nouveau recours aux ordonnances, véritable déni de démocratie.

Toutes ces mobilisations portent en elles les questions de l’emploi, de l’avenir des Services Publics des conditions de travail et des salaires. Toutes les générations sont concernées, des jeunes aux retraité.es. Alors le 1er mai, et tous les autres jours, mobilisons nous pour défendre ce modèle social dont nous pouvons être fier.es, n’en déplaise à ceux qui voudraient le détruire.

Le 1er mai, le SNUipp-FSU sera dans la rue au coté de tous et toutes les salarié.es, et le 22 en gréve avec tous et toutes les agent.es de la fonction publique, avec vous.