SNUipp-FSU | Section de la Gironde
http://33.snuipp.fr/spip.php?article2288
Toutes et tous en grève le 22 !
mardi, 6 mars 2018

Manifestation 14h, Place de la République, Bordeaux

Assemblée Générale à l’appel de la FSU, 10h, Bourse du Travail, 44 cours Aristide Briand

Ça suffit. Depuis son accession au pouvoir, Mr Macron ne cesse de s’en prendre aux services publics et aux fonctionnaires, qui seraient les grands responsables de toux les maux de la France. Avec une puissance de communication bien huilée, il entretient l’idée que si tout ne marche pas bien, c’est sûrement la faute des fonctionnaires... Les annonces successives dans le cadre d’Action Publique 2022, le gadget gouvernemental pour faire croire à la concertation sont toutes plus inadmissibles les unes que les autres.

Hausse de la CSG : non compensée !

Jour de carence : Le retour !

Améliorations liées au PPCR : Reportées sine die...

Le choix de réduire massivement le nombre de fonctionnaires, tout en assumant de faire appel à des contractuels n’est pas motivé par un souci d’ »efficacité » ou de « souplesse ». Il s’agit d’une part de faire des économies en rognant sur la qualité du service public et d’autre part, de casser un statut qui dérange les penseurs du néo-libéralisme.

Le statut des fonctionnaires ne sort pas de nulle part : il a une histoire et un sens. Celui d’assurer à des personnes qui acceptent de se mettre au service de la collectivité que leur engagement sera reconnu, qu’ils pourront agir dans la durée, sans craindre de perdre leur emploi.

La façon méprisante dont on parle de nous en ce moment est insupportable. Nous n’avons pas à rougir de notre métier ni de notre statut, bien au contraire ! Alors le 22 mars, en compagnie de tous les fonctionnaires, soyons en grève pour faire reculer ce gouvernement qui se fiche bien de l’intérêt des plus démunis et du service public.

Le SNUipp-FSU exige : une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ; l’arrêt des suppressions d’emplois et les créations statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ; un plan de titularisation des personnels contractuels, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;

des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ; l’abrogation du jour de carence ;

la défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers.

Cliquez ici pour remplir notre enquête de participation à la grève

https://framaforms.org/enquete-grev...

PDF - 1.2 Mo
opendocument text - 19.9 ko
PDF - 67.4 ko