SNUipp-FSU | Section de la Gironde
http://33.snuipp.fr/spip.php?article2283
Compte rendu CTSD du 27/02/2018
jeudi, 1er mars 2018
/ SNUipp33

Le SNUipp-FSU a défendu les dossiers des écoles qui demandaient une ouverture de classe/s’opposaient à une fermeture. Il a rappelé ses priorités : baisse des effectifs, maintien des PMQC, + de RASED et de remplaçants, scolarisation des TPS...

Retrouvez ici les mesures :

PDF - 64.6 ko
mesures CTSD

Vos élus du SNUipp-FSU au CTSD : Laurence Laborde, Guillaume Larroche, Samantha Fitte, Marc Vieceli. Experts présentés par le SNUipp-FSU : Célia Gonzalez-Fondriest, Kathy Souffron.

1) Analyse préalable du SNUipp-FSU

Pour le SNUipp-FSU, le CTSD se tient dans un climat social très tendu. En effet, le gouvernement a décidé de s’attaquer à la fonction publique et aux fonctionnaires. La FSU, avec 6 autres organisations syndicales appelle à la grève le 22 mars prochain.

Le SNUipp-FSU dénonce des effectifs de classe encore trop chargés pour la rentrée 2018 dans de trop nombreuses écoles de Gironde : il n’est pas acceptable de voir des classes de maternelle à 30 élèves ou plus, ou des classes d’élémentaire tout aussi chargées. Pour que les conditions d’apprentissage soient favorables et les conditions de travail des enseignants meilleures, le SNUipp-FSU revendique un maximum de 25 élèves par classe (et 20 élèves en REP/REP+). La dotation départementale est en grande partie absorbée par la mesure CP dédoublés en REP et ne permet pas de faire baisser les effectifs de manière significative dans les autres classes et dans les écoles de Gironde.

Le SNUipp-FSU dénonce également :

2) Le DASEN présente son analyse de la 1ère phase des opérations de carte scolaire 

Le DASEN se félicite de la dotation (112 postes pour la Gironde sur 121 pour toute l’Académie), il annonce l’amélioration du taux d’encadrement depuis 2015 dans tous les segments (Éducation Prioritaire, rural, élémentaire et maternelle hors REP). Le DASEN annonce que les écoles en grande ruralité sont traitées comme les écoles de l’Éducation Prioritaire avec des seuils à 25 élèves de moyenne maximum. Le taux d’encadrement en écoles ordinaires (hors REP, REP+ et rural) est de 27,2 pour bénéficier d’une ouverture de classe en élémentaire. Les seuils de maternelle ne dépassent pas 30 élèves de moyenne par classe.

Selon le DASEN, concernant le remplacement, les choses vont mieux grâce à un effort significatif depuis 3 ans (plus de postes de remplaçants). Le DASEN précise que pour les postes de PMQC, il en maintient quelques uns, mais ils sont tous transformés en classes dédoublées en REP/REP+ afin de suivre les orientations ministérielles.

Objectif de la première phase : ouverture de 160 classes, 12 mesures de sauvegarde (grande ruralité), 2 dispositifs TPS, 5 postes de Conseillers Pédagogiques. Il y a 44 fermetures de classe.

Tous les postes de PMQC sont fermés (une soixantaine), seuls 12 sont réimplantés.

Il reste 10 postes pour les opérations de carte scolaire de juin et 15 postes pour celles de septembre.

3) Questions du SNUipp-FSU

Dédoublement CP

SNUipp-FSU : 5 écoles de REP n’ont pas de CP dédoublé, pourquoi ?

Réponse du DASEN : La sociologie de ces écoles fait que le public ne relève pas de REP.

Le SNUipp-FSU veut connaître les critères précis et le demande pour chaque situation. Une dotation suffisante devrait permettre de dédoubler les classes de CP dans toutes les écoles de REP.

SNUipp-FSU : Y a-t-il un nombre d’élèves maximum dans les classes de CP dédoublé ?

Réponse du DASEN : Les classes doivent être à 12 ( car le protocole d’évaluation est calibré pour 12 élèves), il ne peut pas y avoir de multi-niveaux (sauf cas exceptionnels de CP/CE1).

SNUipp-FSU : Qu’en est-il des locaux ? Quel accompagnement de la DSDEN aux communes ?

Réponse du DASEN : Les IEN ont anticipé et rencontré les maires. Les communes cherchent des solutions. Aucune commune ne rechigne à mettre en place le dédoublement. De manière exceptionnelle, il peut y avoir deux enseignants dans une même classe. Scolarisation des TPS

 SNUipp-FSU : Le recteur avait pour objectif de dépasser les 5% de scolarisation des TPS sur le département, 30% en REP et 50% en REP+. A la rentrée 2018, il est prévu 50 enfants supplémentaires, l’objectif ne sera donc pas atteint. La scolarisation des TPS nécessite un travail en direction des mairies pour les inciter à inscrire les élèves. Il faut aussi que l’Éducation Nationale incite à aller à la rencontre des familles, notamment pour aller chercher les élèves qui en ont le plus besoin. De plus, on ne peut pas rester sur la même logique de comptabilité (les élèves de TPS ne comptent dans les effectifs d’une école que si l’école les a scolarisés l’année précédente), sinon on ne pourra jamais augmenter la scolarisation des TPS et la relancer dans les écoles. Enfin, la scolarisation des TPS ne peut pas se faire dans de mauvaises conditions : il faut des effectifs allégés, des locaux et du matériel adapté, des enseignants formés et au minimum,une ATSEM à temps plein sur la classe.

Réponse du DASEN : Il est en accord avec cette analyse, 2 dispositifs TPS sont créés. La DSDEN travaille avec avec la CAF et la PMI. Il essaie de stabiliser l’accueil notamment en Education Prioritaire et regarde ce qu’il est possible de faire en plus.

RASED

SNUipp-FSU : il n’y a pas de création de postes cette année, 5 postes de G avaient été supprimés l’an dernier. Les équipes RASED sont incomplètes dans de trop nombreux secteurs, la prise en charge doit se faire dès la maternelle, il y a de nombreuses situations explosives dans les écoles avec des élèves et des équipes en souffrance. Du coup, les enseignants sont obligés d’inciter les familles à consulter à l’extérieur de l’Education Nationale.

Mme Gabarroche (IEN ASH) présente, à la demande du SNUipp-FSU un état des lieux de l’ASH à la rentrée 2017 en ETP (Emplois Équivalent temps Plein)

Pour les élèves en situation de handicap

2nd degré : ULIS lycée 16 , Unité d’enseignement (hôpital) : 3 Total 19 Des ouvertures seront prévues en ULIS collège et lycée.

Pour les élèves en difficulté scolaire

Au titre de la politique départementale  : 32 Enseignants Reférents, 10 ETP pour le pôle départemental ASH (dont 4 CPC et coordonateurs) et 12 ZIL ASH.

Départs en formation pour 2017

Avec le CAPPEI les options disparaissent mais il restent des dominantes correspondant aux anciennes options du CAPASH : 15 départs en formation pour la dominante D (ULIS), 3 pour la dominante E (maître E, aide pédagogique), 4 pour la dominante F (SEGPA), 2 pour la dominante G (maître G, rééducateur ).

Prévisions pour 2018 : 18 départs en formation pour CAPPEI avec dominante D, 3 pour dominante E, 2 pour dominante F, 1 pour dominante G. Pour le SNUipp-FSU cela reste insuffisant car de nombreux postes sont occupés (à titre provisoire) par des collègues non titulaires du CAPASH ou CAPPEI et n’ayant pas bénéficié de la formation (4 enseignants non spécialisés occupent un poste nécessitant un CAPA-SH/ CAPPEI option C, 66 enseignants non spécialisés occupent un poste en ULIS, 14 enseignants non spécialisés en SEGPA, 10 enseignants non spécialisés sur un poste E et 4 enseignants non spécialisés sur un poste G. Il faut aussi pourvoir les départs en retraite prévus (1 pour C, 4 pour D, 1 pour F, 4 pour E) et les postes vacants (2 postes vacants en éducation prioritaire : Cézac et St Germain d’Esteuil).

4) Etude des propositions de mesures (ouvertures et fermetures de classe) du DASEN

Vous trouverez ici la liste des mesures d’ouvertures et de fermetures de classe.

Le SNUipp-FSU avait organisé des audiences collectives d’écoles à la DSDEN le 7 février dernier (ici).

Les élus du SNUipp-FSU ont défendu les dossiers des écoles qui les avaient contactés. Sur 47 dossiers d’écoles, 42 ont été défendus par le SNUipp-FSU.

Les élus du SNUipp-FSU ont également fait des dizaines d’interventions afin de demander des précisions aux IEN, de faire remonter les réels effectifs d’écoles, de pointer des effectifs trop élevés (dont beaucoup d’écoles ayant une ULIS et devant inclure les élèves) ou des manques ou suppressions de postes.

Les élus du SNUipp-FSU ont à nouveau pointé les difficultés des écoles quand à la mise en place des CP dédoublés : problèmes de répartitions pédagogiques, de locaux, de répartition des élèves en RPI...

Grâce aux interventions du SNUipp-FSU, de nombreuses situations d’école seront ré-examinées au mois de juin pour des ouvertures ou des annulations de fermeture et une fermeture a été annulée.

5) Questions diverses du SNUipp-FSU

Quels moyens budgétaires pour l’Éducation Prioritaire ? Le DASEN répond pour le 1° degré :

Combien y a-t-ils de contractuels enseignants en Gironde ?

DASEN : il y a 25 contractuels recrutés, la liste sera donnée en CAPD.

Quelle est l’enveloppe pour les remboursement de frais de déplacements des RASED ?

DASEN : Il annonce la somme de 40 000 euros (mais 10 000 euros n’ont pas été consommés !!!)

Le DASEN assure qu’il va enquêter pour savoir pourquoi cette enveloppe n’a pas été entièrement consommée, puisqu’à la demande des élus du personnel il avait demandé et obtenu son augmentation.

Le SNUipp-FSU s’étonne de cette situation et va se retourner vers les collègues pour savoir ce qui se passe en circonscription. En effet, nous avons déjà été alertés par des collègues dont les frais de déplacement n’étaient plus remboursés et des collègues RASED obligés d’arrêter de prendre en charge des élèves !

Combien y a-t-il d’élèves en situation de handicap sans AVS ?

DASEN  : il y a 18 élèves avec une notification MDPH qui ne sont pas accompagnés, les recrutements d’AVS sont en cours.

Le CTSD s’est terminé à presque 15h (commencé à 9h30).

opendocument text - 9 ko
Déclaration du SNUipp-FSU