SNUipp-FSU | Section de la Gironde
http://33.snuipp.fr/spip.php?article2260
Carte scolaire : faire moins avec moins : Audiences écoles mercredi 7 après midi à la dsden
mardi, 30 janvier 2018
/ SNUipp33

En décidant de déployer les CP et CE1 dédoublés en Education Prioritaire sans recruter en nombre suffisant les professeurs des écoles, le ministère masque derrière une mesure intéressante son peu d’intérêt pour le service public d’éducation.

112. C’est le nombre de postes de professeurs des écoles supplémentaires en Gironde pour la rentrée 2018. La DSDEN se félicite de cette dotation, mais que signifie-t-elle vraiment ?

Au vu de l’augmentation prévue des effectifs (environ 700 élèves de plus attendus) et du déploiement des CP et CE1 dédoublés, les conséquences sur la carte scolaire seront de toute façon importantes. En effet, on peut d’ores et déjà enterrer le dispositif des Plus De Maîtres Que De Classes (PDMQDC), dont quelques cas devraient survivre, sorte de curiosité pédagogique au pays de l’école Blanquer. Dans la grande majorité des cas, ils seront supprimés pour pouvoir ouvrir des classes à petits effectifs. Encore une fois, un dispositif fait les frais de l’alternance politique sans évaluation, sans respect pour les personnels engagés, et sans écouter la profession qui le plébiscite…

Mais quand bien même tous les PDMQDC seraient rayés de la carte, cela ne couvrira toujours pas les postes nécessaires...Alors quels seront les arbitrages de la DSDEN ? Et bien nous ne le savons pas, mais nous savons qu’ils ne seront pas bons : les chiffres sont têtus. Soit les écoles hors Éducation Prioritaire verront bondir leur effectifs avec des fermetures de classe, soit les cycles 3 des écoles REP et REP+ gonfleront (et nous interrogerons l’avantage d’effectifs réduits en cycle 2 si les élèves ne peuvent apprendre dans de bonnes conditions ensuite). Sinon ce sont des postes nécessaires de remplaçant-es déjà en nombre insuffisant (le jour de carence n’a JAMAIS réduit les absences) ou d’enseignant-es spécialisé-es (les RASED sont déjà exsangues) qui trinqueront.

La DSDEN assure que tout ira bien, car elle sait déjà quoi faire pour s’ajuster aux postes qui viendront à manquer : non seulement réduire les droits des personnels en s’en prenant aux temps partiels (rappelons que si des personnes choisissent de travailler moins, c’est qu’elles ont de bonnes raisons de se priver de salaire) et, dès cette année, recruter des contractuel.les pour faire la classe (environ 25 à ce jour). Des personnes sans formation, en CDD, payé.es au lance-pierre pour assurer la classe, et qu’on “remerciera” à la fin de l’année scolaire. Cette gestion tout simplement scandaleuse montre bien le peu d’intérêt que porte en réalité ce gouvernement aux élèves, et à la nécessité d’un service public de qualité, assuré par des fonctionnaires d’État recruté.es et formé.es.

Le SNUipp-FSU ne se résigne pas à cette précarisation de l’Éducation Nationale, et se battra en instances et en dehors pour obtenir les moyens nécessaires à un service public de qualité pour tous les élèves de Gironde. A commencer par le recrutement d’un nombre suffisants de professeurs des écoles.

Pour venir défendre votre école contre une mesure de fermeture ou pour une mesure d’ouverture, contactez nous et venez nombreux aux audiences devant la DSDEN mercredi 7 après midi.