SNUipp-FSU | Section de la Gironde
http://33.snuipp.fr/spip.php?article2247
Temps partiels : les droits des enseignants toujours plus limités - Le SNUipp-FSU interpelle le DASEN
jeudi, 21 décembre 2017
/ SNUipp33

La circulaire temps partiel est parue sans discussion : les collègues en CP ou CE1 dédoublés en sont exclus, le temps partiel annualisé est encore restreint. Pour le SNUipp-FSU c’est inadmissible.

Depuis plusieurs années, le droit au temps partiel se réduit comme un peau de chagrin en Gironde. La liste des postes incompatibles avec le travail à temps partiel s’allonge chaque année : directeur-trices d’école, conseillers pédagogiques, ZIL et BD, postes très spécifiques... Aujourd’hui ce sont les enseignants titulaires d’une classe de CP ou de CE1 dédoublée qui devront renoncer soit à leur poste soit à leur temps partiel. Par ailleurs, le 80% annualisé n’est plus accessible en cours d’année au retour d’un congé maternité par exemple. Ces refus sont un recul considérable pour le droit des enseignants.

Quelles justifications pour ces restrictions ?

Le DASEN pointe le manque cruel de personnel, récurrent dans notre département. Pour nous, il y a une autre solution à la pénurie d’enseignant-es : faire rentrer un plus grand nombre de collègues par permutation et lors des phases d’Ineat. 800 collègues demandent chaque année à intégrer notre département, très peu obtiennent satisfaction.

Pour nous, ces refus de temps partiels ont des conséquences importantes pour des collègues pour qui ces temps partiels permettaient de concilier leur vie professionnelle et leur vie personnelle, parfois compliquée.

Le SNUipp-FSU continue de revendiquer que tous les collègues puissent obtenir un temps partiel, quelque soit leur situation, quelque soit leur poste, avec les quotités prévues par les textes nationaux.

Cette circulaire est inacceptable et constitue un recul très important pour les droits des personnels.

Nous nous sommes adressés au DASEN (courrier ci dessous) pour dénoncer cette situation : la gestion en ressources humaines des enseignant-es en Gironde ne peut reposer sur la limitation sans fin de nos droits.

PDF - 121.7 ko