Retour accueil

Vous êtes actuellement : École - Métier  / Education Prioritaire 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Education prioritaire : le premier degré est le grand oublié

mercredi 6 octobre 2010

Dans le rapport annuel des Inspecteurs généraux, un point est fait sur les RAR. Il montre que le premier degré est le grand oublié de l’Education Prioritaire.

Rapport annuel des Inspections Générales 2009 : le premier degré oublié de l’éducation prioritaire

L’intégralité de ce rapport est consultable à l’adresse suivante : http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/104000483/0000.pdf Ci-dessous, une note du SNUipp sur le chapitre 1, consacré aux RAR (réseaux ambition réussite).

Alors que le ministère lance l’expérimentation des CLAIR, les inspecteurs généraux dans leur rapport annuel présentent un bilan du dispositif RAR. Depuis 2007, il s’agit du premier rapport traitant de l’éducation prioritaire à être rendu public : ce n’est toujours pas le cas de celui de l’IG (octobre 2009) sur l’animation pédagogique des RAR, pourtant cité dans ce rapport.

Comme l’avait montré, l’an passé, une enquête du SNUipp, la mise en place des RAR s’est traduite par l’abandon du premier degré. Le rapport constate le déséquilibre dans le recrutement des enseignants référents et dans le fonctionnement du comité exécutif, des personnels encadrants principalement issus du second degré, le faible nombre de projets concernant le primaire. Cela entraîne des flottements, des tensions et des difficultés de fonctionnement global des RAR.

Alors que les rapporteurs soulignent que la masse des élèves en difficulté relève du premier degré, moment essentiel de prévention, ils constatent que l’encadrement relève davantage des IA IPR que des IEN, et le déplorent.

Si les personnels, comme les rapporteurs, rappellent la nécessité d’un continuum pédagogique de la maternelle à la troisième, le pilotage académique et l’absence de politique nationale amènent une forte inégalité : tout semble dépendre, en effet, de la volonté du recteur d’impulser une dynamique.

L’école primaire doit redevenir le lieu de prévention et de prise en charge de la difficulté scolaire. Cela suppose, selon les rapporteurs, une action pédagogique préventive au bénéfice de tous les élèves, dans les classes, au quotidien.

Ce rapport pointe enfin les difficultés des enseignants à entrer dans l’innovation pédagogique, par crainte de ne pas achever le programme ou d’être jugés. Le besoin en formation des enseignants est ici affirmé et le SNUipp approuve la proposition de faire des RAR des lieux de formation continue, favorisant des formations interdegrés. Cela nécessite du temps de concertation institutionnalisé et des moyens pour mener à bien les projets.

Lors de sa rencontre avec le ministre, le SNUipp l’a interrogé sur ses intentions concernant l’éducation prioritaire dans le premier degré : sa réponse est bien floue. Il garantit d’un côté qu’il ne supprimera pas l’existant tout en annonçant que, face à l’empilement actuel, l’expérimentation CLAIR devrait se substituer aux dispositifs plutôt que d’en ajouter de nouveaux. Le SNUipp sera donc très vigilant sur le maintien d’une réelle politique d’éducation prioritaire dans le premier degré orientée vers la réussite de tous les élèves.

Le Secteur Educatif

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX