Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Direction d’école : oui il y a urgence, mais pas à n’importe quel prix ! Signez la pétition unitaire

jeudi 25 juin 2020

L’Assemblée nationale a adoptée la loi sur la Direction d’école hier. Cette loi laisse le champ libre au ministre pour imposer sa vision et risque de modifier en profondeur le fonctionnement des écoles publiques françaises. Hier, de nombreux rassemblements et conférences de presse ont eu lieu partout en France à l’initiative du SNUipp-FSU pour dénoncer ce passage en force.

Rappelons que les mobilisations du printemps dernier et la consultation ministérielle ont confirmé le rejet massif du statut du directeur.trice d’école.

Si la reconnaissance de la fonction de direction est indispensable, la délégation d’autorité (conséquence de la loi adoptée hier) implique un profilage du poste, plus de prérogatives aux dépens de conseil des maîtres et davantage de pressions hiérarchiques. Elles conduiraient à un transfert d’autorité de l’IEN vers le.la directeur ou la directrice d’école. Elle va isoler le directeur.trice vis à vis de ses collègues.s

C Rilhac (députée LREM à l’origine de cette proposition de loi) défend la rédaction de l’article 1 qui dit que le directeur « entérine les décisions prises » par le conseil d’école en expliquant « qu’une fois que le directeur entérine une décision personne ne peut s’y opposer ».

Les promesses d’augmentation du temps décharge sont abandonnées (la DGESCO a indiqué que ça coûterait trop cher !). L’aide administrative est renvoyée au bon vouloir des communes. Lire l’article du café pédagogique ICI.

S’il y a une véritable urgence à répondre aux besoins exprimés par la direction et le fonctionnement de l’école cela ne peut se faire à n’importe quel prix !  

Nous exigeons : 
- une augmentation des décharges mais pour toutes les écoles publiques du pays, quelle que soit leur taille, et sans missions supplémentaires en contrepartie
- une aide humaine au fonctionnement de l’école, mais là aussi pour toutes les écoles et non uniquement lorsque les communes en ont les moyens et la volonté
- un allégement des tâches, mais qui ne peut en aucun cas se limiter à la seule rédaction des PPMS
- une revalorisation salariale de la fonction mais explicite, clairement inscrite dans les articles de la loi et s’accompagnant d’un rattrapage salarial de tout·es les enseignant·es. 
 

Cette proposition de loi ne répond pas à ces urgences.
Mobilisons-nous tous-tes ensemble pour imposer une réouverture du chantier ministériel et obtenir des réponses concrètes. 

C’est le sens de la pétition unitaire à signer ICI et des premières mobilisations qui ont eu lieu mercredi 24 juin, jour du vote en première lecture de cette proposition de loi à l’assemblée nationale.

Voir en ligne : https://direction-des-reponses-imme...

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX