Retour accueil

Vous êtes actuellement : École - Métier  / Carte scolaire - CTSD 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Suites de carte scolaire : le SNUipp-FSU s’adresse au DASEN

vendredi 10 avril 2020

Fermetures de classe, transformation de classe... les conséquences des opérations de carte scolaire posent un certain nombre de problèmes : délais restreint, erreurs...

Le SNUipp-FSU s’adresse au DASEN afin de les dénoncer et s’inquiète des conséquences sur le mouvement. Le rôle crucial des CAPD et des représentant·es du personnel revient sur le devant de la scène alors que le gouvernement a signé leur arrêt de mort avec la loi de transformation de la fonction publique.

Monsieur Le Directeur Académique,

Nous vous écrivons aujourd’hui afin de vous faire part de notre vive inquiétude au sujet des suites des opérations de carte scolaire.

Les collègues touché·es par les mesures de carte scolaire ont été informé·es le mercredi 8 avril alors même que le CDEN de repli aura lieu le 15 avril. Les collègues ont jusqu’au 12 avril pour se positionner. Nous déplorons que ces décisions soient communiquées alors que toutes les instances n’ont pas été réunies, et que les collègues soient amené·es à se positionner avant l’entérinement des mesures. Pourquoi imposer ces délais alors que la période de confinement ne facilite ni les échanges, ni les prises de décisions éclairées (pour les collègues éventuellement volontaires notamment) ? De plus, nous avons signalé une première erreur dans ce courrier : les volontaires ne bénéficiaient que de 50 points de bonification alors que la circulaire mouvement ne fait pas la distinction entre collègue dernier arrivé et volontaire (250 points de bonification). Deux écoles nous signalent également que le courrier de mesure de carte scolaire ne correspond pas au collègue dernier arrivé.

De plus, certaines transformations de postes (élémentaire en dédoublé ou l’inverse) n’ont pas été présentées en CTSD. Or, celles-ci ont des conséquences sur les structures des écoles et doivent donc être communiquées en CTSD. Nous avons relevé une vingtaine d’écoles concernées. Nous demandons, à ce titre, la liste de toutes les écoles concernées.

Enfin, nous souhaitons avoir une réflexion plus globale au sujet de la structure des écoles de REP/REP+ et des conséquences sur les équipes. En effet, selon les cohortes d’élèves accueillis, les écoles voient, d’une année à l’autre, le nombre de classes dédoublées et ordinaires évoluer. On peut même imaginer que, à quelques élèves prêts, des projections faites en février se révèlent obsolètes en septembre, au gré des inscriptions / radiations. Cette problématique doit être prise en compte dans les opérations de carte scolaire afin de laisser la plus grande souplesse aux équipes dans la composition de leur structure (nombre de classes dédoublées et ordinaires).

Le profilage des postes en classes dédoublées vient également complexifier la situation. Un·e collègue (le/la dernier·e arrivé·e) se voit victime d’une mesure de carte scolaire si un poste d’élémentaire ordinaire est transformé en dédoublé, ce qui entraîne la déstabilisation des équipes. Nous demandons que si le/la collègue est volontaire pour aller enseigner en classe dédoublée, son poste soit transformé.

Le SNUipp-FSU vous avait interpellé pour demander un report des instances et du calendrier mouvement. Nous vous avons également alerté sur la multiplication des conséquences problématiques dues au profilage des postes de classes dédoublées : instabilité des équipes et multiplication des erreurs sur le mouvement... Nous restons opposé·es au profilage des postes.

Nous vous alertons aujourd’hui car nous sommes inquiet·es pour les écoles et nos collègues. Cette année, dans un contexte de travail difficile pour les écoles et les services de la DSDEN, on peut penser qu’il y aura de nombreuses erreurs, les premières étant déjà apparues. C’est pourquoi nous demandons la transmission des documents du mouvement aux représentant·es des personnels, leur permettant de vérifier et signaler les erreurs à l’administration, notamment à l’heure où le gouvernement donne des signes de souplesse sur le sujet.

Les co-secrétaires départementaux du SNUipp-FSU 33 : Samantha FITTE, Guillaume LARROCHE, Marc VIECELI

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX