Retour accueil

Vous êtes actuellement : Action - revendicatif 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

La « concertation » selon le ministère

jeudi 5 décembre 2019

L’émoi suite au suicide de Christine Renon aurait pu, aurait dû, amener une prise de conscience de la part de notre ministre. Las, il préfère utiliser la souffrance dénoncée par les directeurs et directrices, et plus largement par l’ensemble de la profession, pour imposer sa vision du métier.

Des directeurs et directrices sont convié⋅e⋅s à des réunions avec leur IEN, et certain⋅e⋅s ont été reçu⋅e⋅s par le DASEN. Ces réunions succèdent au questionnaire envoyé par le ministère il y a quelques semaines.

Sujet : évoquer « librement » les conditions de travail de la direction et « réfléchir » à des propositions pour faire évoluer cette fonction.

Nonobstant l’absence criante des adjoint⋅e⋅s dans ce processus de concertation, on pourrait saluer l’effort du ministère pour, enfin, écouter la profession.

Malheureusement la réalité est toute autre.

Le SNUipp-FSU avait déjà alerté les collègues à propos du questionnaire très orienté. Tout y pointe vers le statut hiérarchique du directeur, en niant purement et simplement le conseil des maîtres. La direction n’est pas pensée comme une fonction, mais comme un « autre » métier, avec une position hiérarchique vis à vis du reste des enseignant⋅e⋅s.

Mais le pire, c’est que concernant les rencontres IEN/ directeur-trices, rien n’est prévu : À notre connaissance aucune remontée, aucune synthèse n’est demandée ! Ces rencontres n’ont d’autre but que de faire croire à l’oreille compatissante de l’administration, mais en réalité JM Blanquer entend bien imposer sa vision de la direction, en se moquant bien des attentes du terrain.

Pour le SNUipp-FSU, la création d’un statut de directeur supérieur hiérarchique ne résoudra aucunement les problèmes rencontrés. Au contraire, il visera à mettre en place un maillon hiérarchique supplémentaire dans les écoles. En devenant supérieur.e hiérarchique, les directeurs et directrices seraient de fait la courroie de transmission de la circonscription, au risque d’être dans une position très inconfortable vis-à-vis de leurs collègues et d’accroître le sentiment d’isolement. Ce statut permettrait de mettre au pas la profession en étant aux ordres de l’institution dans une logique bureaucratique, sans pour autant alléger la charge de travail !

Nous ne devons pas nous laisser berner : le gouvernement surfe cyniquement sur les difficultés au travail et oriente les discussions pour imposer sa vision du métier dans une logique managériale.

Nous défendons une école dans laquelle l’équipe, à travers le conseil des maîtres, est la plus à même de prendre les décisions nécessaires pour la réussite des élèves et le bon fonctionnement de l’école.

Lettre adressée aux directeurs et directrices ICI

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX