Retour accueil

Vous êtes actuellement : RETRAITE et retraité·es 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Un peu de désintox monsieur le Ministre ?

mercredi 4 décembre 2019

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le ministre s’occupe de nous : un courrier, une vidéo et un mail en trois jours, c’est du jamais vu ! Apparemment ceux qui n’ont « pas tout compris » ont besoin d’explications. Petit commentaire non exhaustif de cette propagande ministérielle :

Les approximations à propos des enfants (Vidéo du 29 novembre (lettre d’information #14 du ministère de l’éducation) JM Blanquer prétend dans cette vidéo que seules les familles avec trois enfants bénéficient d’un bonus pour la retraite. C’est faux : chaque enfant, dès le premier, permet de comptabiliser 2 trimestres et donc de bénéficier du taux plein avec moins d’annuités. Le fait d’avoir 3 enfants permet effectivement d’obtenir une majoration de la pension. Rappelons aussi que la retraite anticipée pour les mères de trois enfants a été supprimée en 2011.

Dans le projet, chaque enfant ferait bénéficier de 5 % de pension en plus...du coup les enfants rapporteront d’autant plus que la pension sera élevée. Dit autrement l’argent cotisé pour la solidarité servira en priorité à payer les bonifications des grosses pensions. Une drôle d’idée de la justice sociale...

Le mensonge par omission (mail du 3 décembre) : « Ce sera un système par points, et nous inscrirons dans la loi la garantie que la valeur du point ne pourra pas baisser ; ainsi nous garantirons le niveau des pensions et le pouvoir d’achat des retraités » Le point central du projet est de pouvoir faire varier la valeur du point pour ajuster le budget, et Jean Michel Blanquer voudrait nous faire croire qu’ils n’y toucheront pas ?! Difficile à gober, mais admettons que la valeur du point ne puisse baisser, il suffira au gouvernement d’augmenter la valeur d’achat (du coup moins de points achetés au cours de la carrière = pension plus faible) ou bien d’augmenter l’âge pivot d’accès au taux plein… Bref cette garantie n’engage personne, et ne garantit rien, justement !

Les faux liens logiques pour faire croire à la justice (courrier du 3 décembre)  « Une règle simple et juste : un euro cotisé dans le système apportera les mêmes droits. »

C’est peut être simple, mais ce n’est sûrement pas juste !

Comme l’a souligné l’économiste Thomas Piketty sur France Inter le 3 décembre, c’est faire fi des différences d’espérance de vie :« Quand vous avez des ouvriers qui vont vivre à la retraite dix ans de moins que les cadres supérieurs et que l’on oublie comme par hasard de prendre ça en compte dans le calcul des taux de cotisation et de remplacement, l’arnaque est quand même un peu énorme, parce qu’au final, ce sont ceux qui vont vivre 10 ans de moins qui vont cotiser pour ceux qui vont vivre 10 ans de plus. »

« le Gouvernement s’est engagé à ce que la mise en place du système universel s’accompagne d’une revalorisation salariale permettant de garantir un même niveau de retraite pour les enseignants que pour des corps équivalents de la fonction publique » (courrier du 3 décembre) « Cette réforme est l’occasion d’une revalorisation nécessaire, comme je lai reconnu depuis deux ans » (vidéo du 29 novembre)

Le ministre répète effectivement depuis deux ans que nous sommes mal payés. Voilà.

Plus sérieusement ces déclarations sont pleines de chausses-trappes : une retraite « équivalente à » peut signifier une baisse des pension des autres corps de fonctionnaires, quand à la revalorisation, on sait bien que pour le ministre elle est loin de concerner tout le monde, mais prendra la forme de primes pour les heureux élus de la méritocratie. Bref un creusement des inégalités au sein même de la profession, et une mise en concurrence des enseignants pour accéder aux fameuse primes.

« nous mettrons en place un minimum de pension à 1000 euros par mois pour ceux qui ont une carrière complète. » (courrier du 3 décembre)

Wahou...1000€ ? Pour une carrière complète ? Non seulement cette garantie « plancher » est extrêmement faible (que vaudront 1000€ en 2025 et après ?), mais de plus les carrières complètes sont de plus en plus rares, particulièrement pour les femmes. On n’ose imaginer quel sera la pension minimale pour des carrières non complètes : 500 ? 600 ?

Le projet de réforme du gouvernement est injuste. Il n’a d’autre objectif que de contraindre le budget alloué aux pensions de retraites, avec pour conséquence la baisse drastique des retraites. Son seul objectif est de ne surtout pas chercher à augmenter les recettes. Cela passerai par une augmentation des salaires (et donc des cotisations…) Et par le rétablissement de mesures de justices sociale : Impôt sur la fortune, lutte contre la fraude et l’évasion fiscale...tout ce à quoi Emmanuel Macron a renoncé en arrivant au pouvoir.

En grève dès le 5 décembre pour défendre un modèle social de solidarité et de justice !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX