Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Stage Psychologues FSU le 27-28 juin 2019

vendredi 5 juillet 2019

Le 27 et 28 juin 2019 se tenait le 7eme colloque des psychologues de la FSU rassemblant les PsyEN EDA et EDO, les psychologues de la PJJ, de Pole emploi et de l’administration pénitentiaire. Plusieurs intervenants se sont succédés à la tribune autour du thème « Faire équipe : De la clinique individuelle au fonctionnement des groupes ». Les interventions, très riches et variées ont reçu un accueil très positif de la part des participants. On retiendra notamment l’intervention très bien structurée de Gilles Amado, professeur en psychosociologie sur la notion de groupe et de collectif en psychologie dont on notera la phrase de conclusion : « La vie est faite d’anxiété de plaisir de certitudes de doutes d’engagement et de renoncements, d’une vitalité en somme qui devrait favoriser à la fois les processus d’individuation et la créativité collective. »

Christophe Bittolo, professeur de psychologie, a développé le thème du travail en équipe dans l’institution avec notamment la place du psychologue dans le groupe et la notion de tiers inclus. Thomas Sauvadet, chercheur en sociologie a évoqué de manière vivante son travail de recherche sur la socialisation et groupes d’appartenance à l’adolescence dans les banlieues précisant que les phénomènes de bandes ne concernaient que 10% des jeunes de banlieue et insistant sur le concept de « capital guerrier ».

Diverses tables rondes et ateliers ont permis des échanges nombreux et enrichissants avec la salle mettant en évidence les questions relatives aux conditions de travail des psychologues dans leurs institutions et les dilemmes auxquels ils sont confrontés dans un contexte de dérégulation voire de démantèlement des services publiques.

Ce colloque a aussi été l’occasion de faire le point sur l’actualité syndicale SNES SNUIPP FSU pour les PsyEN :

Actualité syndicale PsyEN
Les engagements du précédent gouvernement sont en standby, aucun groupe de travail n’a été mis en place pour finaliser les nombreux chantiers en cours : Rien sur la formation continue, la formation passerelle ou la question de la chaine hiérarchique et rien non plus sur la question du différentiel d’indemnité EDA / EDO. La relation avec la DGRH est moins facile qu’auparavant, ils ne répondent pas, il faut les relancer. Le ministère ne nous est manifestement pas favorable.

A la différence des EDA, l’accès à la classe EX vivier 1 n’est pas possible au titre du travail en éducation prioritaire pour les EDO sous prétexte que les CIO ne sont pas des établissements classés en EP, ce qui constitue une différence de traitement injustifiée. Concernant l’actualité préoccupante des EDO, le rapport Charvet a été publié hier. Au-delà de l’absence de dialogue social dont il fait preuve depuis des mois, le ministère, s’il suivait ces préconisations, promouvrait une vision étriquée et utilitariste de l’orientation. En effet, les préconisations de ce rapport, si elles étaient retenues, réduiraient l’orientation à un outil pour trier les élèves dès le collège dans les filières et les formations en fonction des besoins en emploi et de la demande institutionnelle. Les choix individuels des élèves et de leurs familles en termes de parcours scolaires sont niés ce qui renforcera toujours plus les inégalités.

Les conséquences pour les personnels seront-elles aussi négatives : Ainsi dès la rentrée scolaire de septembre 2020, une fermeture massive des CIO est préconisée, laissant, comme le dit la loi, un CIO par département. Les psyEN seraient nommés dans les lycées « tête de réseau » notamment pour la gestion de parcours sup. Ils deviendraient des ingénieurs en orientation. Pour l’instant, le ministère ne touche pas au décret de 2017 mais envisage de modifier la circulaire. Il y aura un arbitrage du ministère en octobre.

D’ici là, grâce à l’intersyndicale, il faut mobiliser l’ensemble des Psyen mais aussi les collègues des collèges et lycées pour lutter contre ce projet délétère et défendre une autre conception de l’orientation et de l’Ecole au sens large. En effet, pour la FSU, l’École doit favoriser l’émancipation de tous les élèves par une culture commune et une formation diplômante qui correspondent à leurs aspirations scolaires et leur choix d’orientation professionnels. L’Éducation nationale doit se donner les moyens de la réussite de tous les jeunes.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX