Retour accueil

Vous êtes actuellement : Action - revendicatif 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Pression sur les enseignant-e-s : Le SNUipp-FSU a rencontré le DASEN

vendredi 24 mai 2019

Le SNUipp-FSU a été reçu en audience à sa demande par le DASEN mercredi 22 mai. La discussion a porté sur les courriers envoyés dans plusieurs circonscription concernant le positionnement des enseignants dans le cadre des mobilisations contre le projet de Loi Blanquer. Évidemment le DASEN ne partage pas notre analyse de ces courriers, et maintient qu’il s’agit de rappeler le cadre aux enseignants qui se mettraient en faute en « dépassant les bornes ».

Nous avons insisté sur le fait que selon nous, ces courriers vont bien plus loin qu’un simple rappel des règles s’appliquant aux fonctionnaires sur leur temps de travail, et s’apparentent à une tentative de reprise en main des discussions autour du projet de Loi dans un contexte où le ministre ne répond pas aux arguments qui lui sont opposés, et réfère user d’autoritarisme pour imposer son projet. « Si on lit le document en pleine sérénité,sans suspicion, sans arrière pensée, tout va bien » a dit le DASEN. Comment, en lisant ces courriers, ne pas percevoir l’application prématurée de l’article 1 du projet de loi Blanquer ? Le DASEN nous a assuré qu’en aucun cas il n’entendait « museler les enseignants » mais n’apporte pas de réponses sur le fait que nous soyons renvoyés à la seule parole ministérielle pour présenter ce projet. Il a ajouté qu’en tant que citoyen nous pouvions nous exprimer. Nous avons également parlé de la vive émotion, de la surprise et de la colère qu’ont suscité ces courriers auprès des collègues dans cette période très tendue.

Il regrette que le débat ne se déroule pas dans des conditions sereines, notamment à cause de « Fake News ». Nous lui avons fait remarquer que les dites fake news n’étaient pas forcément là où on les attendait, mais plutôt du côté du ministère.

Le SNUipp-FSU continue à se mobiliser contre le projet de loi, et soutient les actions en cours ou à venir à l’initiative de collectifs, de parents, d’enseignants mobilisés.

Les IEN de plusieurs circonscriptions ont adressé ces derniers jours des notes de service ayant pour objet de limiter la liberté d’expression des enseignant.e.s.

Le SNUipp-FSU s’est donc adressé au DASEN et aux IEN pour leur faire part de l’émoi suscité par ces courriers, et surtout des fortes réserves qu’ils nous inspirent. Le SNUipp-FSU sera reçu en audience par le DASEN mercredi prochain. Il a proposé aux organisations syndicales élues en CAPD de s ’y associer.

opendocument text - 69.6 ko
Le courrier au DASEN
PDF - 43.7 ko
Lettre du SNUipp-FSU aux IEN

Dans ce contexte, le SNUipp-FSU a également interpellé le Ministre quand aux pratiques de certains députés LREM concernant leur communication autour du projet de Loi (ceci ne concernant pas la Gironde à notre connaissance) :

PDF - 167.6 ko
Courrier du SNUipp-FSU au MEN

Les textes régissant le comportement de tout fonctionnaire sont clairs : nous sommes tenus à la neutralité dans l’exercice de nos fonctions, c’est à dire sur le temps scolaire et dans l’enceinte de l’école.

Toute interprétation des textes qui dirait que nous ne pouvons nous exprimer librement en dehors de l’école est donc non seulement fausse mais aussi contraire à la Loi.

Pire, les enseignant⋅e⋅s sont sommé⋅e⋅s de relayer la parole du Ministre auprès des usagers pour « expliquer » le projet de Loi. Or en tant que fonctionnaires, le devoir de réserve et de neutralité, et même une prétendue loyauté ne s’appliquent que face aux textes votés par la représentation nationale. Un projet de Loi n’est rien d’autre qu’un projet, et il peut et doit être mis en débat dans l’espace public : c’est le fondement de la Démocratie. Nos IEN devraient se réjouir que parents et élu⋅e⋅s se saisissent des débats sur l’école.

Comme le rappelle Paul Devin, Inspecteur de l’Éducation Nationale et secrétaire national du SNPI (Syndicat des Inspecteurs) : «  Un cadre de la fonction publique a pour mission la mise en œuvre des textes légaux et réglementaires, il ne lui appartient pas, dans le cadre de ses fonctions, de soutenir un projet de loi et de lutter contre les critiques qui en seraient faites. »

Ces tentatives d’intimidation prouvent encore le peu de cas que le Ministre fait de la confiance dont il parle à longueur de courrier, et la docilité de ses exécutants.

Nous exigeons que cessent ces pressions, et que les supérieurs hiérarchiques cessent d’utiliser leur autorité pour influencer le débat public.

Nous espérons aussi que la crise d’autoritarisme du Ministère n’aura pas de conséquences sur les relations de travail au sein de l’éducation nationale. C’est bien de confiance et de dialogue dont nous avons besoin.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX