Retour accueil

Vous êtes actuellement : École - Métier  / Carte scolaire - CTSD 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Fusions d’écoles : la maternelle sacrifiée ?

vendredi 21 décembre 2018

L’école maternelle est le lieu du compromis entre accueillir, éduquer et scolariser. Souvent victime de visions très différentes et des aléas des Ministères successifs, elle est aujourd’hui dans l’œil du cyclone, notamment à travers les propositions de fusions d’écoles qui déferlent en ce moment.

Rappelons quand même que depuis Jules Ferry (arrêté de 1882), l’école maternelle est reconnue en tant que lieu d’enseignement avec une organisation pédagogique et un programme d’étude qui lui sont propres.

Les programmes de 2015 ont redonné une impulsion à cette première école en affirmant sa spécificité, en remettant l’enfant au centre et en rappelant sa place particulière. Étape fondatrice dans la réussite de tous les élèves, c’est une école indispensable dans la lutte contre les inégalités.

Les évaluations de début de CP de septembre 2018, en évaluant des notions ne figurant pas dans les programmes de l’école maternelle, laissent présager la volonté de revenir à une primarisation de maternelle, ce serait renier sa spécificité et mettre en échec les élèves le moins en connivence avec la culture scolaire.

Les propositions de fusions d’écoles maternelles et élémentaires ne seront pas bénéfiques pour les écoles maternelles, bien au contraire. Le but recherché est avant tout d’avoir des directeurs-trices, éloignés de la pratique de classe qui pourront plus aisément se centrer sur les fonctions strictement administratives et essayer de mettre en œuvre les injonctions ministérielles, par l’intermédiaire des IEN. S’il est vrai qu’augmenter le temps de décharge de direction fait partie de nos revendications, le prix à payer ne peut être la suppression d’écoles maternelles.

On fait croire aussi qu’une fusion préserve contre les fermetures de classe, c’est faux : les conséquences d’une fermeture sont plus atténuées sur une grosse structure, puisque le taux moyens par classe bouge moins. On nous dit aussi que la pédagogie de maternelle pourra ainsi irriguer l’école élémentaire, sur quel temps ? avec quelle formation ? Et encore, que cela peut permettre davantage de souplesse entre enseignants de GS et CP qui pourraient suivre leur classe sur deux ans, mais c’est déjà faisable.

Le SNUipp-FSU a décidé de mettre à disposition des collègues un argumentaire maternelle contre les fusions qui sera sur notre site. Nous rappelons aussi que chaque école concernée doit réunir son propre conseil d’école pour recueillir son avis. N’hésitez pas à nous contacter pour toute autre question à ce sujet.

PDF - 116.8 ko
Argumentaire contre les fusions d’écoles
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX