Retour accueil

Vous êtes actuellement : AVS / EVS / Non-titulaires 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Précarité : La FSU s’adresse au Préfet

lundi 9 octobre 2017

Précarité : La FSU s’adresse au préfet.

La FSU a été reçue ce 6 octobre en audience à la préfecture pour évoquer la précarisation dans la fonction publique et la situation des contractuels.

Pour le premier degré, le SNUipp-FSU est intervenu sur 2 points :
- la situation des contrats aidés non renouvelés dans l’éducation nationale, et au sein des écoles.

- le recrutement de contractuels pour remplir des missions d’enseignement.

CUI non renouvelés, la violence comme outil de management.

Le SNUipp-FSU a redit à quel point la décision de mettre fin aux contrats aidés d’aide administrative était scandaleuse, et avait plongé les personnels dans une grande détresse. Il a regretté que les accompagnements proposés soient très éloignés de la réalité des personnes concernées. Particulièrement, la situation des personnes avec une RQTH ou proches de la retraite a été évoqué. La Préfecture a sous-entendu que des évolutions seraient possibles pour ces personnes, mais sans plus de précisions. De plus, les missions que remplissaient ces personnes, et la place qu’ils occupaient dans les écoles, restent à la charge des équipes en place, et particulièrement des directeurs-trices. Le SNUipp-FSU a exprimé sa crainte que face à des charges de travail croissantes, l’on se dirige vers des situations extrêmement difficiles pour les personnels. Il a redit que de son point de vue, la décision de ne pas compenser ces non-renouvellement risque de se révéler lourde de conséquences. Le SNUipp-FSU a aussi alerté la Préfecture sur le non renouvellement d’emplois aidés dans le périscolaire (TAP, surveillance, cantine...), pour pointer que la mise à mal de toutes ces missions fragilisait le fonctionnement de l’école.

Des contractuels en lieu et place d’enseignants formés : le management à la petite semaine

Pour la première fois, des contractuels sont recrutés en Gironde pour enseigner à des élèves du premier degré. Le SNUipp-FSU a exprimé son étonnement et son désaccord avec ce choix. En effet les besoins en enseignants sont importants en Gironde qui voit une augmentation rapide et régulière du nombre d’élèves. Les postes seront donc également nécessaires l’année prochaine, et la DSDEN aurait dû anticiper dès cette année, en accordant des entrées dans le département ou en faisant appel à la liste complémentaire des candidats au concours. Le département n’est pas en situation de « sous effectif » ou de crise de recrutement, des enseignants confirmés ou des fonctionnaires stagiaires auraient pu, dû, être appelés pour faire face au manque de personnel.

Nous défendrons et accompagnerons tout contractuel qui rencontrerai des difficultés, mais le SNUipp-FSU continuera de se mobiliser pour mettre fin à la précarisation croissante des personnels assurant des missions de service public, afin d’obtenir des emplois statutaires et pérennes.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX