Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Direction d’école : le burn-out

jeudi 5 octobre 2017

Le ministère nous avait promis une simplification des taches de direction... nous attendons toujours. Pire, l’amoncellement des taches nouvelles continue. A la rentrée, les emplois des EVS administratives sont rayés d’un trait de plume sans aucune considération pour les personnels concernés. La disparition des aides administratives, dans les écoles qui avaient encore la chance d’en disposer, remet sur le devant de la scène une problématique jamais réglée : le travail lié à la direction d’école est devenu un travail impossible.

Une motion du conseil des maitres pour dénoncer une situation intenable

Parce que la direction c’est l’affaire de tous, parce que l’équipe enseignante refuse d’avoir un directeur isolé accaparé par des tâches administratives, le SNUipp-FSU propose d’engager une démarche collective en conseil des maîtres par le vote d’une motion à envoyer au DASEN et à l’IEN avec copie au SNUipp. Les directeurs et directrices pourront s’appuyer sur cette démarche pour ne plus renvoyer bon nombre de documents inutile au bon fonctionnement de l’école.

Word - 24.5 ko
motion de conseil des maîtres

Alléger les tâches liées à la direction

Les représentants du SNUipp-FSU33 avaient déjà participé à des rencontres en 2015 et 2016 sur la simplification des tâches : le bilan de ce travail est bien maigre. En Gironde, le DASEN vient de convoquer de nouveau un Groupe de Travail technique sur la direction d’école, le SNUipp-FSU33 compte bien en faire un outil au service de tous les directeurs. Ses représentants y ont été force de proposition et ils continueront de porter des propositions constructives. Mais en attendant les avancées de ce groupe de travail, il faut dès aujourd’hui réduire la charge de travail. Voici quelques pistes pour alléger vous même les tâches de direction.

Alléger : On ne renvoie plus ce qui est inutile

- Ce qui est déjà connu de l’administration conformément au protocole de simplification national. De manière générale, on ne communique pas les informations déjà connues :

• organisation de l’école (enquêtes effectif, répartition pédagogique),

• Informations concernant les personnels déjà connus (habilitation langue vivante, éléments concernant la carrière des enseignants déjà disponibles dans des bases de données).

- Ce qui relève du contrôle :

• le directeur n’a pas à intervenir entre les collègues et l’IEN sur tout ce qui concerne la carrière des enseignants des écoles et la gestion individuelle ne doit plus passer par le directeur.

• organisation interne de l’école : pour les 108h les équipes s’organisent mais n’ont à renvoyer ni tableaux, ni calendriers, ni prévisionnels d’ordres du jour. Seule l’organisation des APC est validée par les IEN. Pas de retour de tableaux sur la mise en place des parcours type PEAC.

• les comptes-rendus sont archivés à l’école, pas envoyés

Alléger : ne pas recommencer toujours la même chose

• le formulaire de PPMS change encore ? Pas besoin de le réécrire, l’ancien est toujours valable.

Alléger : ne plus répondre

• Enregistrer un message de répondeur précisant que, faute de secrétariat, personne ne sera en mesure de répondre durant la journée et que les messages ne seront écoutés qu’une fois par jour à l’heure précisée.

Alléger : trier dans les demandes des collectivités locales

• Laisser aux collectivités territoriales la charge des taches qui leurs reviennent : évaluation des ATSEM, listes d’élèves fréquentant des services municipaux, diffusion d’informations aux agents municipaux...

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX