Retour accueil

Vous êtes actuellement : École - Métier 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

PMQC, CP dédoublés : compte-rendu d’AG

jeudi 22 juin 2017

mercredi 21 juin 2017, devant la DSDEN

L’AG a réuni une trentaine de collègues devant la DSDEN à l’appel du SNUipp-FSU : des PMQC et des adjoint-es ont témoigné de la mise en place des CP dédoublés aux dépens du « plus de maîtres ». L’AG a déploré l’absence de texte national comme départemental qui auraient permis permettant de régulariser ces modifications ; il y a effectivement des disparités entre ce qui est dit dans les circonscriptions, ce qui est dit en instances et la réalité du terrain.

Le résumé des prises de paroles

Lormont (REP+)

Les enseignant-es déplorent le manque de reconnaissance de leur travail ; tout semble balayé d’un revers de la main : « On a mis en place des projets sur le long terme, cela commence à être opérationnel et tout est balayé, jeté à la poubelle. » Seul-es les M+ de maternelle continueront à « faire du plus de maîtres » mais dans des conditions peu confortables : sur deux écoles (maternelle et élémentaire), dans des lieux différents, avec des horaires différents… Ils-elles ne comprennent pas qu’on méprise le travail en maternelle au profit de l’élémentaire, affirment que beaucoup de choses se jouent à la maternelle, avant le CP, si les M+ ne sont plus que l’après-midi sur les maternelles avec un ciblage sur la GS, on s’éloigne clairement des programmes avec le risque d’un retour à la primarisation de la maternelle. L’IEN leur a affirmé qu’il y aurait une certaine souplesse, avec plus de liberté d’organisation au sein de la maternelle si l’équipe propose un projet. Les PMQC élémentaires se voient imposer un CP dédoublé par l’IEN, au prétexte qu’ils et elles seraient mieux formé-es, sans prendre en compte leur avis ni celui du Conseil des Maîtres. Cela peut diviser les équipes. Les enseignant-es font aussi remarquer que le « CP à 12 » du Ministre est loin de la réalité : les 16 classes de CP dédoublés sur Lormont comptent à ce jour entre 10 et 17 élèves !

Bègles Floirac (REP)

Le choix de voir son poste transformer en « adjoint » ou de rester « plus de maîtres » avec le risque de voir le poste fermer l’an prochain est douloureux : comment prendre une telle décision sans avoir connaissance de toutes les implications : quel est le choix le plus profitable aux élèves ? Quelles conséquences à court terme sur le mouvement et à long terme sur le poste CP dédoublé ? Quelles conséquence pour le travail en équipe ? Les collègues déplorent l’absence de cadrage et de texte.

Pessac

Les enseignant-es dénoncent le « chantage » lié à l’ouverture d’un poste dans l’école (au vu des effectifs prévus pour la rentrée) aux dépens du poste de « Plus de maîtres » : « Pour palier l’annulation de l’ouverture, le PMQC servira à dédoubler le CP. On veut les 2 ouvertures et garder le M+. » Dédoubler les CP à moyens constants, c’est prendre des moyens à une école et les donner à une autre… pourquoi et sur quels critères ?

Bordeaux (REP)

« Aucune nouvelle », les collègues dénoncent l’absence d’information. Ils et elles ne seront réuni-es par l’IEN que le 22 juin sur la question des PMQC et CP dédoublés : comment se projeter sur la rentrée ? Pourquoi n’y a t il pas de texte pour encadrer les décisions ?

Bordeaux (REP+)

L’IEN, qui a réuni les équipes le vendredi 16 juin, considère qu’il est important d’aller vers la commande ministérielle là où les locaux le permettent : une seule école aura un CP dédoublé, grâce au redéploiement du M+ de l’école et du M+ qui intervenait sur toutes les GS des 3 écoles maternelles. Ce qui revient à dire qu’il n’y aura plus d’intervention en maternelle ! Les collègues se réjouissent du maintien en cycle 3 du « PMQC cycle 3 » Les enseignant-es dénoncent cependant les conséquences sur le travail du RASED : la maîtresse E n’interviendrait plus en CP et devrait recentrer son travail sur les GS de maternelle (ce qui, dit de cette manière, ne correspondant pas au travail en réseau...)

Et ailleurs

Ailleurs dans le département la positions des IEN est très variable : absence d’annonce ou de mesure, propositions de dédoubler les CP et d’abandon des missions de PMQC sur la base du volontariat dans les écoles qui disposent d’un PMQC. Des écoles en REP ou REP sont concernées de la même façon.

Conclusions

Pour tou-tes les enseignant-es présent-es, c’est la diminution générale des effectifs qu’il faut prioriser, et appliquer ainsi la volonté du Ministre… Le SNUipp-FSU rappelle son objectif de 20 élèves par classe en REP et REP+ et 25 hors REP.

L’assemblée générale demande le maintien des postes de PMQC avec ses missions telles qu’elles sont écrites dans la circulaire de 2013. Une délégation de PMQC a demandé à être reçue en audience par le DASEN. Le SNUipp-FSU33 l’accompagnera.

Le SNUipp-FSU demande que les équipes soient consultées sur le choix de garder les dispositifs « Plus de maîtres », que les équipes gardent leur liberté en ce qui concerne les répartitions pédagogiques (quel enseignant-e sur quel niveau de classe).

Le SNUipp-FSU demandera que , dans les écoles où la mise en place du CP dédoublé est effective, l’enseignant-e nommé sur le poste de « plus de Maitres » puisse bénéficier d’une mesure de carte scolaire avec une bonification de barème pour le mouvement 2018 et la possibilité d’une délégation pour la rentrée 2017.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX