Retour accueil

Vous êtes actuellement : École - Métier  / Carte scolaire - CTSD 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

CT du 7 avril : le SNUipp-FSU a défendu tous les dossiers, la liste des mesures sera communiquée au plus tard à l’issue du CDEN du 13 avrril, compte-rendu

mercredi 8 avril 2015

Défense de 44 écoles nécessitant une ouverture ou risquant une fermeture

Lors du CTSD du 7 avril, nous avons défendu les dossiers de chacune des 44 écoles qui nous avaient sollicités, en corrigeant les prévisions d’effectifs retenues par l’administration et en apportant des informations concrètes sur les difficultés rencontrées par ces écoles.

La dotation départementale en poste reste très insuffisante pour faire face aux besoins. 50 postes ayant été utilisés pour les mesures obligatoires liées à la redéfinition de la carte de l’éducation prioritaire, il reste 50 postes pour accueillir plus de 2000 élèves supplémentaires à la rentrée soit 1 enseignant pour 40 élèves. Les diminutions des effectifs des classes ne sont, encore une fois, pas à l’ordre du jour.

Le DASEN n’a apporté aucune réponse en séance, il communiquera la liste des ouvertures et fermetures de classes lundi 13 avril à l’issue du CDEN. N’hésitez pas à nous contacter pour avoir plus d’informations ou pour compléter les informations que nous avons sur la situation de votre école.

Profilage de postes

Nous nous sommes de nouveaux élevé-es contre le profilage des postes en Gironde. Ces profilages associés aux mesures de carte scolaire vont créer des situations inacceptables pour les collègues.

Les enseignants concernés par des mesures, comme ceux de REP+ ou des postes « préventions illettrisme » qui perdent leur poste, devront être évalués par une commission pour pouvoir prétendre à un type de poste qu’ils occupent depuis plusieurs années.

Lors de la CAPD du 13 avril, nous continuerons de nous opposer à ses profilages qui, dans la plus grande opacité, permettent à l’administration de contourner les règles qui garantissent à tous les enseignant l’équité de traitement.

Sortie d’éducation prioritaire

Nous avons demandé des comptes sur les mesures d’accompagnement des écoles sortant de l’éducation prioritaire. Contrairement à ce que le DASEN et le Recteur avaient promis, les mesures d’accompagnement en terme d’effectifs seront limitées à une année. A terme, les critères sociaux ne seront plus pris en compte par le DASEN, seule la grande ruralité donne lieu à des aménagements.

Durant plus d’une heure, nous sommes intervenus pour défendre ces écoles afin qu’elles ne subissent pas une double peine après la sortie de l’Éducation Prioritaire. Nous avons obtenu que toutes les écoles concernées soient accompagnées et bénéficient d’effectifs allégés, même celles classées en code « 21 ». Mais des fermetures sont encore envisagées dans les réseaux sortant malgré les promesses du Recteur et du DASEN. Le combat continu pour permettre à ces écoles de bénéficier de moyens à la hauteur des besoins de leurs élèves.

Les postes de coordonnateurs de réseaux sont maintenus dans les réseaux sortants sous la nouvelle dénomination « Référent pédagogique ».

Et les écoles classées en "politique de la ville

Nous avons aussi dénoncé la non prise en compte des difficultés sociales qui caractérisent ces écoles et qui sont considérées par le DASEN comme relevant du droit commun.

Fusions d’écoles, transferts de postes

Nous sommes intervenus sur chaque fusion d’écoles afin que les avis des enseignants et des conseils d’école soient réellement et systématiquement pris en compte.

Nous avons demandé des éclaircissements sur les raisons qui ont conduit à planifier chacun des transferts de postes prévus.

Conseillers pédagogiques, PEMF

Nous nous sommes fortement opposés à la fermeture d’un poste de conseiller pédagogique « arts visuels » et un poste de conseiller pédagogique « Éducation musicale ». Ces fermetures vont à l’encontre des orientations nationales, de la large place accordée aux arts visuels et à l’éducation musicale dans les nouveaux programmes maternelle et de la mise en place des parcours artistiques et culturels.

Pour faire face aux besoins sans cesse croissants, nous avons proposé la création d’un poste de conseiller pédagogique spécialisé sur la question des enfants allophones.

Nous avons était sollicités par des titulaires du CAFIPEMF qui souhaitent être « activés » sur leur poste. Nous sommes intervenus pour qu’ils puissent l’être. En effet, la demande est forte (une dizaine de titulaires du CAFIPEMF au moins sont désireux de l’être) et les besoins sont réels (le nombre de PE stagiaires va augmenter, la formation continue doit être améliorée…).

Les élu-es SNUipp-FSU et FSU au CTSD

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX