Retour accueil

Vous êtes actuellement : Action - revendicatif 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Retraites : Pas de nouvelle régression PRIORITÉ AUX SALAIRES ET À L’EMPLOI Manifestation mardi 15 octobre 11h30 Place de la République

mercredi 9 octobre 2013

CGT, FSU, Solidaires, Unef appellent les salariés à manifester MARDI 15 Octobre à 11h30 PLACE DE LA REPUBLIQUE Elles appellent l’ensemble des salariés et des organisations syndicales du département à se rassembler pour l’emploi, les salaires, pour nos retraites. ASSEZ DE REGRESSION SOCIALE ! STOP A L’AUSTERITE

JPEG - 21.2 ko

Le Gouvernement a décidé d’engager une nouvelle contre réforme des retraites. Lors de la conférence sociale des 20 et 21 juin, le Président de la République et le 1er Ministre en ont tracé les grandes lignes en reprenant une part importante du rapport Moreau : allongement de la durée de cotisation pour tous, désindexation des retraites… C’est inacceptable ! Ce projet de réforme s’inscrit dans la logique d’austérité, sous la pression de la commission européenne : il s’inscrit dans la continuité des précédentes réformes (1993, 2003 et 2010) qui ont déjà considérablement dégradé la situation des retraités actuels et futurs et veut faire payer au monde du travail les déficits causés par la crise financière. Ces mesures sont contraires aux intérêts des actifs et des retraités, toutes générations confondues. Elles se traduiraient par une baisse généralisée des pensions, la paupérisation des retraités, une progression du chômage des jeunes, une restriction du droit à la retraite en particulier pour les jeunes et les femmes.

L’argument « puisqu’on vit plus longtemps on doit travailler plus longtemps » ne tient pas !

- Quel est l’espérance de vie en « bonne santé » des travailleurs aujourd’hui alors que les conditions de travail ne cessent de se dégrader ?
- Que veut dire « travailler plus longtemps », alors que le chômage des jeunes ne cesse d’augmenter ?
- Avec quel niveau de pension partiront les salariés alors que la loi dite de sécurisation de l’emploi va s’appliquer et aggraver la situation de l’emploi et la précarité ?

Tout dans la situation actuelle appelle à changer de cap ! Exigeons une autre politique en matière d’emploi, de salaire (conditions essentielles pour assurer le financement pérenne de notre protection sociale) l’amélioration de notre système de retraite et le renforcement son mode de financement.

Les organisations syndicales girondines CGT, FSU, Solidaires et UNEF considèrent, que pour sortir de la crise, il faut sortir de l’austérité salariale et budgétaire. Il faut oser miser sur le social, le renforcement des droits, de notre système de protection sociale. Ils ne sont pas un « coût » mais une richesse au service du développement de tous.

Une autre réforme est possible !

- Une politique nouvelle de créations de vrais emplois et de revalorisation salariale (privé et public) indispensable pour financer notre protection sociale et nos retraites.
- La revalorisation des pensions et des retraites. La prise en compte des années d’étude et de chômage/précarité subies qui concernent plus particulièrement les jeunes et les femmes.
- Aucun allongement de la durée de cotisation.
- Pour tous le droit légal de départ à 60 ans à taux plein, reconnaissance de la pénibilité du travail.
- La suppression de la décote.
- Le maintien du code des pensions civiles et militaires (calcul basé sur les 6 derniers mois) et de chacun des régimes particuliers.
- L’arrêt des exonérations patronales. Des cotisations sur l’intéressement, sur la participation

Ensemble imposons un autre choix de société !

- 1% de hausse de salaires c’est 2 Mds € de cotisations en plus.
- 100 000 emplois crées c’est 2,5 Mds € de cotisations en plus.
- L’égalité salariale femmes / Hommes rapporterait 5 Mds € de cotisations dès 2015.
- L’évasion fiscale en France est estimée entre 60 et 80 Mds € par an (presque autant que le déficit de l’État)
- Les aides et sociales aux entreprises représentent 172 Mds € par an (dont 66 Mds de niches sociales) + 20 Mds du nouveau crédit impôt compétitivité (CICE).
- 40,9 Mds € de dividendes versés par les entreprises du CAC 40 en 2012 (+5%).
- augmenter le taux de cotisation patronale gelé depuis 40 ans ….

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX