Retour accueil

Vous êtes actuellement : École - Métier  / Education Prioritaire 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Éducation prioritaire : un nouveau souffle maintenant !

mercredi 13 mars 2013

On ne peut que partager le constat, dans le rapport annexe à la loi, d’un système éducatif français où les difficultés scolaires ont un lien direct avec les difficultés sociales et l’objectif affiché de réduire l’écart de résultats entre les élèves en éducation prioritaire et ceux hors éducation prioritaire, qui reste très important.

La carte des écoles classées en ZEP doit évoluer : si certaines écoles pourraient éventuellement être déclassées suite à des rénovations urbaines ayant entraîné un changement profond de population, l’aggravation des conditions de vie pour beaucoup d’autres nécessite leur intégration dans ce classement.

Si les premières annonces du président de renouer avec la logique de compensation allaient dans le bon sens, le fait de lier l’obtention de moyens à des contrats d’objectifs va à l’encontre de cette ambition de « donner plus à ceux qui ont moins ».

Les dispositifs « plus de maîtres que de classes » et « scolarisation des moins de 3 ans » visent en priorité l’éducation prioritaire. Si c’est un premier pas, cela ne peut être suffisant pour avoir un impact significatif. Le nombre de postes implantés en ZEP réservés à ces dispositifs est trop faible : en Gironde, 8 sur les 25 « plus de maîtres que de classes », et 7 pour la scolarisation des moins de 3 ans, alors qu’il y a encore plus d’une vingtaine d’écoles classées en ZEP qui ne les scolarisent pas. Nous avons obtenu du DASEN que les ZEP à découvert soient prioritaires l’an prochain, à suivre...

De plus, à l’opposé des expérimentations de déréglementations (avec, par exemple la prime au mérite) toujours en place dans les ECLAIR, il faut aller plus loin dans une politique volontariste en permettant réellement un travail en équipe, ce qui demande du temps mais aussi de la formation. De même, pouvoir monter des projets ambitieux entre écoles ou avec le collège doit pouvoir être à nouveau possible.

L’éducation prioritaire qu’elle soit rurale ou urbaine a besoin d’un souffle nouveau. Cela passe par des postes pour baisser sensiblement les effectifs et assurer la présence des RASED partout mais aussi par une amélioration des conditions de travail et une confiance redonnée aux personnels pour qu’ils puissent continuer à être ambitieux pour tous les élèves.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX