Retour accueil

Vous êtes actuellement : ESPE, PES, début de carrière 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail

Formation initiale : où en est-on pour la rentrée 2013 et ensuite ?

jeudi 14 mars 2013

C es 3 dernières années ont vu la mise en place concrète de la réforme de la mastérisation.

Mise en oeuvre par Luc Châtel, cette réforme qui consistait notamment à élever le niveau de recrutement des enseignants de bac+3 à bac+5, a dans les faits eu pour conséquence une véritable fragilisation de la formation initiale  : fracture entre formation théorique (M1, M2) dévolue à l’université et formation dite professionnelle dévolue à l’employeur, baisse du nombre de places au concours, charge de travail inconsidérée pour les M2 (concours, master, mémoire, stages, certifications), disparition de la formation professionnelle des stagiaires.

En Gironde, les enseignants stagiaires ne sont pas les plus mal lotis car ils bénéficient de 2 mois de stage en pratique accompagnée chez les PEMF en début d’année. Néanmoins dès le mois de février ils sont affectés en tant que brigade sans aucun traitement particulier lié à leur statut.

Cette réforme a eu un impact important dans les écoles. En effet, elle a conduit premièrement à ce que des étudiants soient en pleine responsabilité de classe. Elle a induit également la multiplication des Maîtres d’ Accueil Temporaires , enseignants qui n’ont reçu aucune formation pour encadrer et former des étudiants.

Après la réforme calamiteuse de la mastérisation décriée par de nombreux rapports, le nouveau gouvernement s’apprête à transformer la formation des maîtres. Nouveau concours, ESPE, année de stage... Rien de bien nouveau mais ces changements vont avoir des conséquences importantes pour les étudiants qui se destinent à être enseignants.

Dans l’immédiat, des mesures transitoires sont annoncées par le Ministère avec un concours bis organisé en juin 2013 pour l’admissibilité et en juin 2014 pour l’admission et ouvert aux M1 et aux M2. Les ESPE vont voir le jour à la rentrée 2013. Même si le ministère commence à donner des réponses sur cette année charnière des questions subsistent. Quels publics ? Quelles formations ? quel statut ?

Concours transitoire

21150 places sont ouvertes a concours, l’admissibilité a l i e u e n j u i n 2013, l’admission en juin 2014. Les admissibles suivent un M2 dans les ESPE, ils assurent 1/3 de classe rémunéré à mi-traitement de l’indice 362, soit à peu près 650€ net. Ils ne sont pas fonctionnaires mais seront malgré tout utilisés comme moyens d’enseignement.

Mener de front une responsabilité de classe, une validation d’un M2 et l’admissibilité risque fortement d’être intenable. De plus nous n’avons aucune garantie à l’heure actuelle d’un accompagnement sur le terrain suffisant pour limiter les dégâts d’une prise de responsabilité sans réelle formation professionnelle.

Ce concours est ouvert à tout candidat justifiant d’un M1 (donc les M2 y compris). Les M2 ayant l’admissibilité n’auront pas à suivre le M2 dans les ESPE. À priori ils se verront proposer une formation à l’admission dans le cadre des ESPE.

Et après la transition…

Les contours de la formation initiale des enseignants après la phase de transition commencent à prendre forme. Elle aura lieu sur deux ans, dans le cadre des ESPE (voir ci-contre) et permettra la validation d’un master (niveau bac + 5). Le concours de recrutement aura lieu en fin de master 1 (niveau bac + 4), admissibilité et admission. Ainsi les étudiants voulant devenir professeurs des écoles devront s’inscrire dans un master métiers de l’enseignement et suivre une première année orientée vers la préparation du concours.

Les admis seront fonctionnaires stagiaires. Ils auront un mi-temps de classe, et un mi-temps de formation ESPE dans lequel ils devront valider leur M2. À la fin de cette année, ils seront titularisés et entreront dans le métier en pleine responsabilité.

Placer le concours en fin de M1 permet de rémunérer plus rapidement les futurs enseignants et de leur ouvrir les droits des fonctionnaires plus précocement. Néanmoins, le concours en M1 avec une année de fonctionnaire stagiaire en responsabilité à mi-temps en M2 pose le problème de la cohérence avec le cursus universitaire et une formation intégrée. Le risque est fort de voir le volume de formation diminuer. La conférence des directeurs d’IUFM annonce qu’ils devront diminuer de moitié ce temps, pour laisser la place à un mi-temps en responsabilité.

Pour le SNUipp-FSU, le dossier de la formation initiale est loin d’être clos. Enseigner est un métier qui s’apprend et il faut le temps pour cela. Nous avons besoin d’une formation professionnelle adossée à la recherche tenant compte de l’ensemble des problématiques du métier (maîtrise disciplinaire, connaissance de l’enfant et des processus d’apprentissage, maîtrise des gestes professionnels...). C’est l’ambition que nous portons.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Tél : 05.56.31.26.63 | E-mail : snu33@snuipp.fr | Adresse : 44 cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX